21 projets de CPAS wallons retenus dans le cadre de l’appel à projets « e-inclusion for Belgium »

Des 77 projets introduits après l’appel à projets lancé au printemps 2022 par la ministre de l’intégration sociale et de la lutte contre la pauvreté Karine Lalieux, 40 ont été retenus dans une enveloppe de 6.000.000 €. L’annonce de la sélection a eu lieu en novembre dernier. Les projets pourront être déployés et financés durant 3 ans dans les trois régions du pays : 11 en Flandre, 8 à Bruxelles et 21 en Wallonie. Pour 60% de ces derniers, les services proposés reposent sur de l’assistance numérique par le biais de la formation des travailleurs sociaux pour accompagner et former à leur tour qui de leurs publics sont « éloignés du numérique »

Aidants numériques

Ensemble pour le numérique (CPAS d’Ottignies), Digital pour tous (Morlanwez), En marche pour l’e-inclusion (Marche), Osons l’action numérique (Ohey), Digi Cap (Soignies), E-inclusion pour tous (La Louvière), Clic-tous connectés (Charleroi) ou encore l’Appui numérique (Flemalle): les libellés des projets sont sans équivoque dans la volonté de mieux « adresser » le public visé en conférant aux travailleurs sociaux des CPAS une nouvelle casquette, celle d’aidant numérique. Les objectifs de cette montée en compétences numériques des professionnels du social portent sur l’encadrement des publics, soit de façon individuelle, soit de façon collective et le cas échéant au passage de relais aux bénévoles.

Accès aux services essentiels en ligne

Côté accompagnement individuel, il s’agit d’être capable de poser un diagnostic personnalisé du « niveau » et des besoins de la personne rencontrée, essentiellement dans sa capacité à accéder aux services (essentiels) auxquels elle a droit et d’effectuer des démarches administratives en ligne. Au niveau collectif, il s’agit le plus souvent d’organiser des ateliers/formations à l’usage au numérique sur un PC ou un portable, une tablette ou un smartphone et à proposer/faciliter l’accès aux plates formes d’autoformation en ligne.

Pair-aidants bénévoles

Dans leurs projets, les CPAS transposent également cette logique d’aidant ou d’accompagnateur numérique sur les épaules des bénévoles actifs dans les EPN et autres espaces technologiques. L’intention figure dans les projets rentrés par les CPAS de Ramillies, Perwez et la Louvière ou encore par le CPAS de Gembloux qui résume bien le spectre d’intervention. Il s’agit ainsi dans le cadre du projet « Tous connectés » de « créer une synergie entre les services existants, de communiquer clairement sur l’ensemble des services/formations, de mettre sur pied un réseau de pair-aidants bénévoles et à développer l’accessibilité des services aux personnes isolées (EPN mobile ou via des lieux au sein des villages). »

Nouveaux EPN au CPAS de Namur et Liège

Parmi les espaces que les différents projets prévoient d’investir (maison de repos, cafés, bus équipés), quelques uns touchent à la mise en place d’un EPN « traditionnel » et/ou l’engagement d’un animateur. C’est le cas à Ramillies et Perwez où l’on va engager un animateur temps plein pour animer les 2 EPN ou des CPAS de Namur et de Liège qui vont créer un espace public numérique ad hoc.

Des publics particuliers

Si tous les projets embrassent de facto la notion de public éloigné du numérique, certains ont choisi de s’adresser de façon précise à une frange particulière de la population: les plus de 65 ans à Ohey ou Thuin ou encore les femmes isolées (toujours à Thuin) ou, à Lessines, les femmes de 25-55 ans ayant un enfant primaire « afin de leur donner les moyens d’accomplir des démarches administratives en ligne et d’acquérir des compétences pour pouvoir aider leurs enfants sur le plan scolaire »

Fonds pour l’inclusion numérique: une suite en 2023 et 2024

Le projet « e-inclusion for Belgium » est financé dans la cadre du plan de relance européen. A l’échelle belge, les autorités ont décidé de consacrer 30 millions d’euros à la création d’un fonds fédéral dont les ressources sont destinées à financer le développement d’initiatives « durables«  d’inclusion numérique. Après ce premier train de financement, d’autres appels à projets similaires seront lancés cette année et en 2024, toujours à destination des CPAS mais aussi à l’intention d’autres acteurs sociaux, ONG et associations. C’est l’équipe du Digilab, le laboratoire d’inclusion digitale créé au sein du SPF Insertion Sociale, qui coordonne le dispositif.

A propos de l'auteur