Bientôt un CHATON Bruxellois

Après Clomut à Liège, un deuxième hébergeur Web alternatif va voir le jour cette fois à Bruxelles. Ce nouveau service appelé Nubo fait partie du collectif des hébergeurs alternatifs, transparents, ouverts, neutres et solidaires, lisez CHATON. Il sera présenté lors de la prochaine journée Associalibre qui se tient le 20 octobre prochain dans les locaux de l'ISIB à Bruxelles.

 

Respect des données garanti

Les Chatons rassemblent des structures souhaitant éviter la collecte et la centralisation des données personnelles qu'effectuent les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) sur leurs plates-formes. Ils sont nés dans la foulée de la campagne «Dégooglisons Internet» de Framasoft. Le projet réunit des acteurs proposant des services en ligne libres, éthiques, décentralisés et solidaires. Le collectif des chatons s'est doté d'une charte qui prévoit certaines exigences techniques. Ainsi, les serveurs doivent reposer sur des solutions logiciels libres et l'utilisation des formats ouverts est obligatoire. Aucune profilage publicitaire n'est autorisé et le respect des données est garanti : droit d’accès, interopérabilité, non-transmission à des tiers.

 

Courrier électronique et services Cloud

Agnez, co-fondatrice de Nubo : «Les Chatons proposent des services comme du courrier électronique, du Cloud, des outils collaboratifs, de la gestion documentaire. Chez Framasoft, on en compte une quarantaine. » Dans un premier temps, Nubo proposera du mail et des services Cloud.  Agnez : «Nous allons lancer notre coopérative en 2018. Les utilisateurs pourront devenir coopérateurs et quitter leurs Gmail et Hotmail pour des services alternatifs respecteux de leurs données. Ils pourront également stocker toutes leurs données sur notre Cloud et avoir accès à du partage de documents, des photos, du travail collectif sur les documents, de l'agenda partagé. »

 

Co-propriétaire de ses données

L'accès à Nubo sera-t-il gratuit ? Agnez : «Le gratuit n'existe pas. Soit on paie avec sa vie privée, soit on paie avec de l'argent. Le modèle que nous envisageons de construire, c'est une coopérative. Pour nous, chaque client doit en même temps être co-propriétaire du serveur et des services. Nous allons fonctionner en co-gestion, sur base d'une co-responsabilité des décisions prises. Nous allons écrire ensemble nos termes de services et notre charte d'utilisation. C'est une démarche qu'on ne trouve pas chez les GAFAM. » Le projet Nubo réunit notamment Domaine Public et Cassiopea, deux associations spécialisées dans l'hébergement Web depuis une quinzaine d'années. On trouve encore dans le projet Nestor.coop, une coopérative et Abelli, l'Association de Défense du Logiciel libre qui organise la journée Associalibre.

A propos de l'auteur